Télécharger
0 / 0
699730/03/2010

N’ayant pas l’habitude de conduire le véhicule lui-même, peut il profiter de l’assurance générale?

Question: 146584

Une personne a été victime dans un accident impliquant un autre véhicule. Qu’est-ce qu’elle a le droit de demander à la compagnie d’assurance auprès de laquelle elle a été obligée de suscrit une assurance générale au moment de sa réception d’un véhicule acquis grâce à une location assortie d’une promesse de vente impliquant entre autres:

-Que le locataire, tenu de conduire le véhicule lui-même, ne renonce pas à ses droits en cas d’accident

-Une autre conditions stipule que ne conduise le véhicule que celui qui l’a reçu. Or ce n’est pas lui qui conduisait le véhicule au moment de l’accident, mais il a donné son nom au moment de l’établissement du constat, compte tenu de la condition susmentionnée. L’intéressé ne sait pas si la compagnie va imputer la responsabilité au fautif ou si elle va le dédommager lui qui est toujours locataire. Eclairez nous. Puisse Allah vous faire du bien.

Louanges à Allah et paix et bénédictions sur le Messager d'Allah et sa famille.

Louanges à Allah

Premièrement, l’assurance
commerciale est interdite sous toutes ses formes parce qu’entachée d’usure, de
hasard et de spoliation des biens des autres. Cela a été déjà expliqué dans le
cadre de la réponse donnée à la question n°
8889.
Il a déjà été expliqué encore quel’assurance qui accompagne un contrat de location –vente ne doit pas
engager le locataire car il ne doit s’appliquer qu’un propriétaire. Voir la
réponse donnée à la question n° 97625.

Deuxièmement, celui qui est
lésé dans sa personne ou ses biens et qui a droit de percevoir un dédommagement
ou une compensation d’un tiers, celui-là a le droit de réclamer la totalité de
ses droits, que ceux-ci doivent être acquittés par le tiers ou par une
compagnie d’assurance car l’ayant droit à un dédommagement ou une compensation
reste un ayant droit. Il n’est pas responsable de la licéité des opérations
engagées par l’autre partie avec sa compagnie d’assurance. Cela étant, si la
compagnie exige à celui qui a tort de verser une compensation, la victime a le
droit de percevoir la valeur des pièces endommagées et la valeur des frais de
réparation en plus de la valeur du véhicule estimé indemne et sa valeur après
l’accident et la réparation. Voir la réponse donnée à la
question n° 120016.

Si la compagnie ne demande
rien au responsable de l’accident et prend en charge elle –même les frais de
réparation, le propriétaire du véhicule ne pourrait percevoir
que l’équivalent de ce qu’il a versé à la compagnie d’assurance. Il ne peut pas
percevoir plus car le contrat d’assurance commerciale est interdit. S’y ajoute
ici ce qui est arrivé au propriétaire du véhicule qui a menti en violation
d’une condition (du contrat). Si l’assurance était permise, il ne mériterait
pas une compensation. Voir les réponses données aux questions
131591 et
125801.

Allah le sait mieux.

Source

Islam Q&A

at email

abonner au service du courrier

Inscrivez vous au mailing liste pour recevoir les mises à jours périodiques

phone

L'application islam en questions et réponses

Accès plus rapide au contenu et possibilité de navigation sans internet

download iosdownload android